Dans le cadre de ses actions en faveur du développement durable, Maisons du Monde organise chaque année pour ses salariés des congés solidaires. Tout juste rentré, Sony nous raconte ce fabuleux voyage en plein cœur de l’Amazonie péruvienne.

Sony, peux-tu nous rappeler en quoi consistent les congés solidaires ?
Les congés solidaires, c’est la possibilité de se rendre dans les pays où travaillent des ONG financées par Maisons du Monde. Cela permet de découvrir sur place les projets réalisés et de donner un petit coup de main.

Qu’est-ce qui t’as donné envie de participer à cette aventure ?
Tout d’abord, j’ai toujours rêvé de me rendre en Amazonie. J’adore la nature, et l’Amazonie : c’est La Nature par excellence. Ensuite, j’étais réellement curieux et désireux de découvrir ce que réalisent les ONG que Maisons du Monde finance.

Quelle(s) action(s) t’ont le plus intéressé et pourquoi ?
J’ai beaucoup apprécié de donner un coup de main à une femme pour reboiser sa « chacras » (sa parcelle de terrain où elle cultive de quoi se nourrir). Nous l’avons tout d’abord nettoyée de toutes les branches puis nous avons planté des caféiers. La dame, pour nous remercier, avait préparé un excellent repas.

Sony en plein nettoyage de la chacras – Photo © Audrey Vigneron

Une anecdote rigolote ?
Nous nous rendions à Jaldar, un petit village, sur l’annexe du bateau. Nous sommes arrivés à un endroit où des singes nous attendaient pour nous délester du peu de nourriture que l’on avait sur nous. Ils ont sauté sur le bateau et ont commencé à fouiller tous les sacs ! Ils grimpaient sur nous et ne voulaient plus descendre du bateau… Nous avons dû ruser en jetant des fruits secs sur la berge pour les faire descendre. C’était vraiment marrant !

Que retires-tu de cette expérience ?
Je me suis rendu compte que l’homme était partout et qu’il avait chassé la plupart des animaux à mon grand regret. Mais c’est surtout une grande leçon de respect et d’humilité que nous ont donnée les Péruviens. C’est un peuple très pudique et très respectueux.

Les projets menés par les ONG  t’ont-ils donné envie de t’impliquer dans une action de protection de la nature ? Si oui, laquelle ?
J’aimerais beaucoup pouvoir aider une ONG et m’impliquer dans la sauvegarde de notre planète mais c’est une activité qui demande énormément de temps et d’énergie. Sans être sur place, je ne sais pas ce qui peut être efficace… Je suis toutefois fier de travailler pour une entreprise qui va dans ce sens et participe au développement des projets de nombreuses ONG.

Quel a été ton meilleur souvenir ?
Mon meilleur souvenir ? C’est dur, il y en a tellement… Le premier, c’est le réveil chez le chaman. Nous avons dormi dans une maison avec pour seules fenêtres des moustiquaires à travers desquelles nous pouvions observer les palmiers qui entouraient, comme pour le célébrer, un magnifique petit plan d’eau. Réveillés par les discussions des oiseaux annonçant le lever du soleil, nous n’avons pas résisté ! Nous nous sommes levés pour voir le soleil se lever. C’était splendide ! Des Paucars, oiseaux noirs et jaunes tissant littéralement leur nid dans les arbres les plus hauts, chantaient de façon extraordinaire ! Et cette boule rouge écarlate qui se dressait au-delà d’une petite vallée, répandant sa lumière chatoyante… C’était magique.

Merci Sony pour ton témoignage !

Petit bonus : quelques photos de ce superbe voyage au Pérou…

Lever de soleil – Photo © Audrey Vigneron

 

Solterito – Photo © Audrey Vigneron

 

Graines de Sacha Inchi – Photo © Audrey Vigneron